La saga des origines

Aller en bas

La saga des origines

Message  Titi le Jeu 3 Jan 2019 - 10:23

Au commencement était Pangée. Seul les premiers de notre espèce ont habité Pangée. Et ils sont ceux qui ont du la détruire. Le monde était fleurissant et prometteur. Les esprits pouvaient entrer dans les royaumes de la chair facilement, et les humains tout comme les animaux, pouvaient entrer dans la fraîche ombre spiruelle du monde. Pangée n’était pas le continent unique dont parlent ceux qui se croient érudits mais le monde dans sa forme première. Les humains et les esprits partageaient la même langue, la Première Langue. Nous n’arrivons pas à nous souvenir si Pangée était une époque, un lieu ou les deux. Tout ce dont nous nous souvenons est qu’elle était glorieuse, et que cela a été perdu.

Quand  Pangée était à son apogée, sa beauté séduisit le cœur de la Lune elle-même. La Lune – Amahan Iduth – s’éprit du monde qui grandissait sous elle. Elle prit la forme d’une femme de chair et d'os, et descendit sur terre. Elle marcha dans les jungles et nagea dans les mers. Elle était la plus belle parmi les créatures et elle avait d’innombrables prétendants. Le plus grand et le plus valeureux était Père Loup.

Pangée était glorieuse, mais ce n’était pas un monde de paix parfaite et de gentillesse. C’était un monde de prédateurs. Le lion chassait toujours l’agneau ; l’esprit prenait ce dont il avait besoin dans le monde de la chair. La mort faisait partie de ce paradis des chasseurs et le plus grand prédateur de tous était Père Loup. Il était un guerrier du Royaume des Ombres et du monde confus d’air et de terre. Il arpentait les limites du  monde physique et s’assurait que tout était à sa place. Les esprits parcouraient le monde de la chair, mais ils n’allaient pas loin et ne restaient pas longtemps. Père Loup – Urfarah –  était toujours prêt à chasser un esprit qui restait plus qu’il n’était censé le faire. Lorsque cela était nécessaire, ses crocs et ses griffes repoussaient les hommes et les animaux dans la relative sûreté du monde de la chair, quand ils s’aventuraient trop dans le monde des esprits. Son cœur brûlait d’une force et d’une conviction surnaturelle, une juste rage qui le rendait implacable. Mais il maîtrisait cette rage. Il était le premier d’entre nous tous, et plus grand que quiconque.

Père Loup s’était épris de Mère Luna qui suivait son parcours dans le ciel, et il fut comblé de joie et d’amour quand il la rencontra, dans les landes qui se trouvent entre le monde physique et celui des esprits. Il n’était pas le seul à ressentir joie et amour. De son coté, Mère Luna trouva Père Loup vaillant et sage, fort et beau, et elle tomba à son tour amoureuse de lui. Ils s’aimèrent, et elle lui donna des enfants de chair et d’Essence – les premiers loups-garous. Même si elle assumait un corps humain, Mère Luna donna naissance aux premiers loups-garous sous la forme d’une portée de neuf louveteaux, un signe de leur destin.

De Mère Luna, nos ancêtres prirent le pouvoir de changer de forme, comme elle changeait sa forme au cours du mois. De Père Loup, ils eurent les sens, la force et la vitesse qui dépassaient ceux des loups nés de la chair. Des deux parents, ils reçurent une partie de leurs pouvoirs spirituels, étant donné que Mère Luna était la Reine du Royaume des Ombres et Père Loup, le Seigneur des Marches de la Bordure.

Après avoir accouché, Mère Luna retourna dans les cieux et Père Loup éleva la Première Meute. Il apprit aux premiers loups-garous les voies des loups et des hommes, de la chair et des esprits. Il leur montra les routes qui liaient le Royaume des Ombres aux forêts, montagnes et déserts dans le monde de la chair, jusqu’aux sentiers qui menaient aux maisons tribales des hommes. Père Loup éleva la Première Meute dans le but de se faire aider dans son devoir de gardien des Marches de la Bordure. Ils se dévouèrent à ce devoir et ils apportèrent ordre dans le monde des esprits et dans le monde physique. Ils étaient bergers des humains, des animaux et des esprits. Ils chassaient dans tout troupeau, tribu ou meute qui devenait trop nombreuse ou trop dangereuse, maintenant ainsi l’équilibre dans toutes les choses.
avatar
Titi
Admin

Messages : 1955
Date d'inscription : 11/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://mondatiti.forumperso.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La saga des origines

Message  Titi le Jeu 3 Jan 2019 - 10:24

Bien sûr, certains esprits et certaines tribus humaines n’acceptaient pas le contrôle de Père Loup et de la Première Meute. Certains contre-attaquaient et, grâce à leur force, leur magie ou leur nombre ne voulaient pas mourir si aisément. Père Loup et sa meute bannirent dans les profondeurs sauvages du monde des esprits les ennemis les plus terribles : des esprits puissants, leurs serviteurs, des tribus d’hommes qui vénéraient des pouvoirs obscurs et commettaient des crimes blasphématoires. D’autres ennemis comme Le Roi de la Peste et La Vieille Fileuse, s’opposèrent à Père Loup et, quand ils virent qu’ils ne pouvaient tenir face à sa meute entière, ils s’enfuirent.

Nous étions les seigneurs du monde dans son aube. Notre force et la capacité de prendre plusieurs formes nous permettait de dominer tout homme ou créature. Nous n’avions pas d’égal parmi les prédateurs. Aucune proie ne nous échappait. Même les plus forts des mammouths et les plus farouches des prédateurs de cette ère n’étaient rien contre une meute de loups-garous. C’était un âge sombre pour l’humanité, mais c’était notre âge de gloire, un âge d’or peint avec le sang brillant de notre proie.

Comme tout âge d’or, son destin était scellé.

Cela commença avec Père Loup. Avant notre temps, avant l’ascension des humains et quand la plupart des esprits étaient encore jeunes et faibles, Père Loup suffisait à tenir les deux mondes en échec. Aucun esprit ne restait plus longtemps qu’il n’en avait le droit dans le monde physique, ni arrivait à gagner trop de pouvoir. Le pouvoir de Père Loup s’affaiblit un tant soit peu à la naissance de sa progéniture : les nés de Mère Luna et d’autres esprits. Mais il était encore fort et rapide – pour le moment.

Il faudra beaucoup, beaucoup d’années, trop pour qu’on puisse les compter mais finalement Père Loup perdit de sa force et de sa rapidité. Ses crocs devenaient moins tranchants, et sa sagesse moins éclairée. De plus en plus d’esprits éludaient sa vigilance, créaient leurs terrifiants royaumes et accroissaient leur pouvoir. Quand il dénichait ces soi-disant dieux de souffrance et de gourmandise, il lui prenait davantage de temps pour en finir avec eux. Certains arrivaient même à s’échapper, amoindris par la bataille mais toutefois libres. Peu à peu, Pangée devenait un paradis pour les esprits et pour les humains qui acceptaient leur joug – pour tous les autres, elle devenait un purgatoire. Devant ce spectacle, le doute commença à ronger nos aïeuls.

Qu’arrive-t-il à une meute de loups quand elle commence à échouer dans ses chasses parce que son Alpha est trop faible, trop lent pour être un guide pour les autres ? Soit la meute meurt soit l’Alpha est remplacé. La question était la même pour nos aïeuls, sauf que l’enjeu était le monde entier. Ce qui suivit fut un événement horrible qui n’aurait jamais dû être nécessaire – mais il le fut.

Tout esprit a ses interdits – des lois qu’il lui est impossible d’enfreindre et qui gouvernent sa propre nature. Il est interdit à un esprit de la douleur de soigner une créature vivante ; à un esprit-requin le repos. Père Loup était un des plus puissants esprits de la création, mais lui aussi avait une contrainte.

Lui et son devoir étaient tellement entrelacés, qu’il n’aurait pu fermer l’œil tant que personne d’autre ne pouvait prendre sa charge et sa place. Telle était la force de cet interdit que, se fussent levés contre lui ceux qui étaient à la hauteur de la tâche, il n’aurait pas pu se défendre.

Bien sûr, les plus aptes à prendre la place de Père Loup étaient ses fils.

Les contes de ces temps sont clairs à propos d’une chose : Père Loup pouvait dégainer ses griffes et crocs devant ses infants pendant les ordinaires luttes pour la dominance. Mais si sa meute avait voulu réellement porter contre lui un coup mortel, de par sa nature intrinsèque, Père Loup aurait été sans défense. Il n’aurait pas pu se défendre contre une telle trahison, et sa fourrure épaisse et ses muscles puissants ne lui auraient pas apporté davantage de protection que le vent et la pluie. Ainsi, la seule façon de renverser Père Loup était de porter un coup mortel.  

Alors nous l’abattîmes.
avatar
Titi
Admin

Messages : 1955
Date d'inscription : 11/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://mondatiti.forumperso.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La saga des origines

Message  Titi le Jeu 3 Jan 2019 - 10:24

Avec son dernier soupir, Père Loup lâcha un hurlement qui fit trembler les deux mondes. Au hurlement, qui n’éveilla rien d’autre que peur dans leurs cœurs, les humains tombèrent à genoux, pleurnichant. Les esprits se blottirent dans leurs tanières, frappés par la terreur que quelque chose ait pu tuer le grand et impitoyable Esprit-Loup. On dit que le loup-garou qui porta le coup fatal fut à son tour tué par la force brute et la charge émotionnelle du hurlement. Quand elle entendit le hurlement de mort de son amant préféré, prise d’angoisse Mère Luna cria à la trahison, et maudit tous les fils auxquels elle avait donné naissance. Cette malédiction ne sera jamais entièrement levée.

Il est dit que l’âme de la planète elle-même se tordit. Alors que les habitants du Royaume des Ombres et les créatures mortelles du royaume physique fuyaient, terrorisés, les deux mondes furent divisés. La terre trembla et fut frappé par des orages. Les glaciers se brisèrent au nord, et des îles sombrèrent dans l’océan. Pangée n’était plus. Après la Chute, le paradis des chasseurs a disparu pour toujours.

C’est pourquoi nous sommes ce que nous sommes. C’est pourquoi nous sommes loups et humains. C’est pourquoi nous sommes les fils du Royaume des Ombres, mais Déchus par les esprits. Les esprits nous ont craint – et beaucoup d’entre eux nous ont haï – depuis ce jour. Ils craignent et haïssent l’idée que des créatures mi-chair et mi-ephemera ont maintenant le pouvoir de les chasser, que nous eûmes jadis la force de détruire l’esprit qu’ils redoutaient tous. Les humains perdraient la raison s’ils savaient que nous ne sommes pas que des créatures imaginaires, mais que nous sommes réels et que nous nous mêlons à eux.

Nous avons détruit la plus grande des choses que nous avions parce que c’était ce qu’il fallait faire. Nous gardons le monde des esprits sous surveillance et les esprits ne supportent pas cela. Nous faisons de notre mieux pour que les humains ne mutilent pas le monde des esprits, et les humains nous haïraient s’ ils le savaient. Nos propres frères se sont révoltés contre nous, ils nous haïssent pour avoir fait ce que leur manque de courage et de compassion les ont empêché de faire. Seule notre erratique Mère Luna et nos totems-loups restent à  nos côtés, et cela nous suffit. Nous sommes le Peuple. Nous sommes les Urathas. Nous sommes les loups qui chassent dans les deux mondes.  

Nous sommes les Déchus, et que le ciel vienne en aide à ceux qui s’attirent notre fureur !
avatar
Titi
Admin

Messages : 1955
Date d'inscription : 11/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://mondatiti.forumperso.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La saga des origines

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum